[JdB #121] 13 & 18 août 2016 - Dressage & rando

19 août 2016

Samedi 13 août 2016 - Dressage


Lorsque j'arrive, mon moniteur me propose Népal, un choix qui me convient plutôt bien : je ne connais pas le programme de la séance, donc un cheval calme est idéal. Et je ne l'ai pas monté depuis un petit moment, c'est donc une bonne occasion de retravailler avec lui.
Je le prépare tranquillement à l'extérieur de l'écurie, Népal est égal à lui-même : calme et très patient.

Une fois prêts, nous rejoignons la grande carrière où je commence la détente. Tout se passe très bien quelque soit l'allure, même si sur notre premier galop, Népal chauffe un peu, ce qui ne lui ressemble pourtant pas. Il se prend pour un cheval de course (mais il n'en a heureusement pas la carrure, ni la vitesse !), ce qui donne un gentil galop un peu rapide qu'on peut reprendre assez facilement.

Nous attaquons alors le travail de dressage. Nous devons dans un premier temps nous placer sur un cercle au trot tout en veillant à avoir une bonne incurvation du cheval. Je sais que j'ai du mal à bien placer mes aides avec les étriers (je ne ressens pas la position de la sangle et je ne sais donc pas où mettre ma jambe interne par exemple), je les quitte donc (et ne les remettrai pas de la séance....) afin d'essayer de faire l'exercice du mieux possible. L'incurvation du cheval n'est pas mauvaise, mais je peine à le maintenir sur un cercle constant et je fatigue assez vite (je n'ai aucune "force" dans les jambes et il en faut pas mal pour garder Népal en avant, notamment sur un cercle !)

Nous enchaînons avec un travail sur un ligne courbe au galop : un début de "diagonale", puis retour sur la piste sans changer de pied. Dans un premier temps à main droite, je ne parviens pas du tout à réaliser l'exercice puisque Népal continue sur la diagonale sans revenir vers la piste. Mes jambes sont pourtant assez bien placées, mais je dois donner de mauvaises indications avec les rênes en lui mettant certainement trop la tête à l'intérieur. En revanche, à gauche, l'exercice se passe beaucoup mieux (Népal a probablement plus de facilités à cette main là). Le premier passage n'est pas parfait car nous ne revenons pas exactement sur la piste, mais nous n'en sommes pas loin (j'ai manqué un peu de jambes pour cela) et nous réussissons l'exercice à notre deuxième tentative.

Enfin, nous nous essayons aux déplacements latéraux. L'exercice n'est pas parfait (Népal se met à trotter lorsqu'il voit notre coach face à nous) mais nous parvenons à le réaliser à peu près correctement à quelques reprises.

Nous faisons souffler nos chevaux avant de mettre pied à terre.

Bilan :
J'ai souffert (des courbatures dans les jambes me l'ont d'ailleurs rappelé pendant trois jours !), mais je suis plutôt contente d'avoir enfin réussi une ligne courbe (d'autant que Népal n'est pas le cheval de club ayant le meilleur dressage, mais il est généreux et se débrouille plutôt bien) et des déplacements latéraux. Le tout a été fait sans étriers, il faut donc que je parvienne à les réaliser progressivement avec des pédales, mais aussi que je réussisse à mieux doser mon action de jambes, à être plus délicate et subtile (mais pour cela, il faudrait probablement que je trouve un moyen de les muscler un peu pour fatiguer moins vite et mieux les utiliser.


Jeudi 18 juillet - Rando


Mon moniteur m'attribue la jolie Rava pour une "balade" à la journée. Je vais chercher la "bête" au pré, elle se laisse attraper sans aucun souci et je l'attache à l'extérieur de l'écurie pour la préparer et lui offrir une séance de grattouilles (maintenant que j'ai trouvé son point faible, je ne me prive pas !).

Nous nous mettons en selle et prenons la route une petite demi heure avant de rejoindre sentiers et bois qui nous mènerons à l'aire de pique-nique qui nous attend. Rava est assez pénible pendant l'aller : titillée par les insectes (le temps n'étant pas au beau fixe, je ne m'attendais pas à en avoir autant et n'avais donc rien prévu pour l'en préserver), elle passe son temps à donner de grands coups de tête pour les chasser et chauffe énormément, au point que je ne peux pas lui laisser trop de rênes (ce qui ne doit pas être agréable pour elle). Nous marchons et trottons pendant une heure trente, enchaînant de belles montées et quelques bonnes descentes avant d'arriver à destination. Je retire le filet de la jument et "essore" au maximum Rava : elle a tellement chauffé qu'elle coule de tous les côtés. Le soleil ayant fait son apparition, nous attachons les chevaux à l'ombre des arbres, et nous les laissons récupérer pendant notre pause déjeuner, qui dure près de deux heures.
Petit "chilling" à l'ombre avec le poto Lutin pendant notre pause déjeuner

Celle-ci a fait le plus grand bien à ma jument, car quand je me remets en selle, j'ai l'impression d'avoir un autre cheval : je peux monter en relâchant les rênes, un simple "Ho la" et une légère action des mains suffit à la repasser au pas lorsqu'elle se met à trotter. Même si des insectes la gênent encore un peu, elle est beaucoup plus détendue, attentive à ce qui se passe autour. Lorsque nous passons par des descentes un peu compliquées avec des "marches", elle passe très calmement, un petit pas après l'autre, elle prend beaucoup de précautions pour ne pas nous mettre au tapis. Lorsque je dois mettre pied à terre pour déplacer une branche qu'un cheval nous précédant avait mis en travers, elle ne bouge pas, et j'ai même l'impression qu'elle se replace au bon endroit pour que je puisse me remettre en selle facilement sur cet étroit chemin... En bref, une jument quasi parfaite, qui m'a permis d'aborder les chemins un peu complexes plutôt sereinement (ce qui n'aurait pas été le cas si elle avait eu le même comportement qu'à l'aller, j'aurais été stressée et "accrochée" aux rênes tout le long pour ne pas qu'elle m'embarque dans une descente un peu vertigineuse...) Nous rejoignons donc tranquillement le centre équestre après une vingtaine de kilomètres parcourus. Quelques morceaux de pain pour reprendre des forces, un bon pansage puis une bonne douche pour se rafraîchir et je laisse Rava se reposer pour avoir un peu de temps pour Nika (sa jeune cavalière est partie après l'avoir dessellée, sans un coup de brosse ou un bout de pain, je me suis donc chargée de la brosser, lui faire les pieds et la doucher, elle aussi l'avait bien mérité !)

Bilan :
Une rando qui n'a pas été une partie de plaisir dans un premier temps: Rava n'était pas agréable à monter (mon moniteur m'a d'ailleurs dit que c'était la raison pour laquelle il me l'avait attribuée, car il la savait parfois pénible... J'ai considéré que c'est parce qu'il m'estimait capable de la gérer, ce qui en soit est assez flatteur...). Mais le retour m'a permis d'oublier cette première partie de balade et d'en profiter pleinement, de prendre du plaisir à passer dans les bois (malgré les ronces qui avaient poussé depuis le dernier passage de notre coach et les branches un peu plus basses que ce qu'il avait estimé...). Le centre équestre n'est malheureusement pas très bien placé pour pouvoir faire des balades plus souvent, mais c'est vraiment une activité que j'apprécie tout particulièrement : être en extérieur avec un cheval, sans toutes les contraintes du travail en carrière, voir des animaux que l'on connait pourtant assez bien sous un autre jour, dans un contexte un peu différent, c'est plutôt agréable !

Aucun commentaire

Publier un commentaire