Trois conseils pour préparer et passer ses galops

8 mai 2017

Beaucoup s'accordent à dire qu'à l'heure actuelle, les galops n'ont plus de réel valeur : déséquilibre entre les clubs qui n'ont pas toujours les mêmes attentes envers leurs cavaliers, possibilité d'"acheter" son diplôme auprès de certains centres équestres pas toujours très honnêtes, diplôme pas toujours représentatif de son réel niveau équestre, et encore moins de son degré de connaissance du cheval...

Malgré ces critiques à leur égard, les galops continuent d'être un passage obligé pour certains cavaliers, que ce soit pour participer à des concours ou pour entrer dans des formations professionnelles liées au monde du cheval par exemple.

En ce qui me concerne, je monte avec des cavaliers ayant leur galop 3 (voire le galop 4), mais je me suis contentée de passer les galops 1 et 2 l'été dernier pour pouvoir participer à une club 3 de CSO à l'automne (je vous en parle plus en détails ici). Je n'envisage pour l'instant pas d'obtenir plus de diplômes (n'en ayant pas encore l'utilité)

Suite à ma petite expérience, j'ai décidé de vous donner quelques conseils pour vous aider à vous préparer si vous souhaitez obtenir à votre tour vos premiers galops.

1. Connaître les programmes



Après avoir parlé à son coach de sa volonté de passer tel ou tel galop et avoir eu son approbation quant à notre capacité à obtenir ce diplôme, une des premières étapes est de se pencher sur les programmes qu'on retrouve sur le site de la FFE.

Ainsi, on connaît ce qui est attendu de nous, que ce soit sur le plan théorique ou le plan pratique et donc on s'assure qu'on maîtrise toutes les connaissances générales qu'on doit avoir à ce niveau de notre apprentissage. Si ce n'est pas le cas, on sait dans quel sens orienter sa préparation et si on a besoin de réviser certains points de la théorie.


2. La théorie : apprendre et s'entraîner


La théorie, parlons-en... Plus notre niveau est élevé, plus on va devoir développer de connaissances théoriques. Pour cela, différents manuels sont à notre disposition, regroupant toutes les connaissances attendues pour le galop que nous souhaitons passer. Les plus connus sont certainement ceux des éditions Lavauzelle qui proposent deux livres : un regroupant les galops 1 à 4 et le second s'intéressant aux galops 5 à 7.

Mais les manuels ne sont pas les seuls formateurs en matière de théorie. Le contact des chevaux, des moniteurs et des autres cavaliers nous permettent aussi d'apprendre beaucoup de choses, notamment sur le vocabulaire spécifique, alors on ne se prive pas de traîner un peu plus à l'écurie pour approfondir ses connaissances (autant lier l'utile à l'agréable !).

Une fois ces connaissances acquises, il peut être important de s'entraîner à l'épreuve théorique des galops. Pour ça, différentes options :
    * Les livres :
Dans certains livres de théorie, on peut trouver des QCM d'entraînement. Les éditions Lavauzelle proposent même des livres comportant exclusivement des questionnaires visant à évaluer votre degré de connaissances. Personnellement, je ne suis pas fan de cette option, je n'avais pas particulièrement envie de dépenser encore plus de 20 euros alors que j'avais d'autres possibilités qui s'offrait à moi.
     * Internet :
La magie du net. Tout un tas d'informations, de sites, de forums à notre disposition et il ne nous reste plus qu'à piocher ! On retrouve différents sites proposant des quiz de préparation pou chaque galop. En ce qui me concerne, j'ai préféré me tourner vers un site officiel et donc probablement plus sûr que tout ce que j'avais pu trouver : le site de la FFE. Ainsi, sur notre page cavalier, on a accès à des QCM d'entraînement pour les galops que nous pouvons être amenés à passer.


3. La pratique : se faire confiance



La théorie maîtrisée, il ne vous reste plus qu'à passer vos épreuves théoriques et pratiques. Et le seul conseil que je peux alors donner : se faire confiance, notamment en pratique. Si votre moniteur accepte de vous faire passer votre galop, c'est qu'il estime que vous avez le niveau suffisant à cheval pour ça. Alors on reste zen, on respire et on croit en ses capacités, on donne le meilleur de soi et on obtient son diplôme !


Et si l'un d'entre vous a d'autres conseils à partager, 
il peut nous les donner en commentaire 😉

Aucun commentaire

Publier un commentaire